Home»MONTBLANC»MONTBLANC – GEOSPHERE

MONTBLANC – GEOSPHERE

Pinterest Google+

L’ESPRIT D’AVENTURE

Montblanc réveille l’explorateur qui sommeille en nous avec une nouvelle référence dotée des heures universelles et d’un cadran tourné vers les plus hauts sommets.

1858, c’est la collection à l’allure vintage de Montblanc. Hier basée sur des montres de style militaire avec des chiffres et aiguilles surdimensionnés pour une lisibilité optimale, elle bénéficie d’une nouvelle orientation thématique bien dans l’esprit de notre société actuelle plus proche de la nature et en quête d’authenticité. Les codes esthétiques des garde-temps se tournent désormais vers l’exploration de la montagne à l’instar de la Geosphere. Sur son cadran deux hémisphères se détachent visuellement. Leur présence n’est pas qu’esthétique, elle est aussi pratique. Tous deux sont cerclés par une échelle des 24 fuseaux horaires avec indication jour/nuit. Tandis que le Nord toune dans le sens antihoraire, le Sud poursuit sa course dans la même direction que les aiguilles et le voyageur connaît toujours l’heure quelle que soit sa situation géographique. Un second fuseau horaire placé à 9h et une date à 3h complètent les informations temporelles. L’ensemble est animé par le mouvement à remontage automatique MB 29.25.

montblanc 1858 geosphere collection

Sur les globes, sept points rouges attirent l’oeil. Il s’agit des sept plus hauts sommets de notre planète qui ont fait et qui font encore rêver de nombreux explorateurs. Les continents représentés sont enduits comme les index, les chiffres arabes et les aiguilles de Super-LumiNova® afin d’accroître leur visibilité même dans l’obscurité.

Deux versions de la Montblanc Geosphere sont disponibles, l’une en acier, l’autre – une édition limitée de 1858 pièces – en bronze. Toutes deux se portent selon vos goûts sur un bracelet NATO, un modèle en cuir couleur cognac ou une toute nouvelle référence Bund en cuir vieilli brun Sfumato.

Prix: 5’190 EUR (acier) – 5’890 EUR (bronze)

Par Dan Diaconu

Précédent

OMEGA – SEAMASTER JEUX OLYMPIQUES

Suivant

CARTIER – REVELATION D'UNE PANTHERE